Pouvez-vous nommer ces films des années 80 en moins de 7 minutes ?

Par: Amanda Monell
Image: RyanJLane / DNY59 / tharrison / E+ / DigitalVision Vectors / Getty Images

A propos de ce quiz

Les années 80 ne manquent pas de titres à succès. Un des faits les plus marquants de cette décennie, parce qu’il illustre parfaitement la reconversion réussie d’Hollywood, est l’extraordinaire succès des films d’ados. Les États-Unis recommençant à faire rêver, plusieurs jeunes cinéastes se tournent vers les mythiques studios de Los Angeles pour prendre exemple sur des metteurs en scène tels que George Lucas. Le spectateur, en pleine crise économique, cherche dans le cinéma un divertissement. C’est le triomphe du cinéma comique.

Les années 80 furent d’abord flamboyantes et fascinantes. Des prouesses visuelles qui sont aussi présentes dans certaines grosses productions américaines comme E.T. L’extra-terrestre ou Retour vers le futur. Les premiers succès de Steven Spielberg, l’avènement de Brian De Palma, Robert De Niro et Al Pacino à leur sommet, les débuts de Sophie Marceau et quelques chefs d’œuvre de la science-fiction contemporaine.

Les années 80, le magnétoscope et les cassettes vidéos. Rappelez-vous ces bons moments à rembobiner vos films préférés, des films qui ont forcément marqué votre esprit. C’est pour cette raison que l’on vous fait découvrir ou redécouvrir ces classiques du cinéma.

On vous laisse donc vous rappeler les meilleurs moments des années 80.

À une époque où le genre de la fantaisie héroïque connaît une popularité sans précédent, il ne paraît pas incongru de rappeler qu’il n’entretient avec les légendes traditionnelles qu’un rapport en fin de compte assez lointain. Paru en 1979, le roman homonyme de Michael Ende raconte les aventures de Bastian au Pays de Phantàsien (devenu Fantasia au cinéma).

Quand Princess Bride arrive, il devance et annonce ce qui est devenu une tarte à la crème depuis, surexploité par Shrek et consorts : la transgression narrative et l’ironie.

Les années 80 : ces coupes improbables, ces looks kitch, ces musiques au synthé reconnaissables entre toutes, ces films de copains inimitables, ces cottes de mailles ?! "Legend" fait partie de ces films qu’il faut avoir vus si on est fan de fantaisie héroïque. Enfin, c’est ce qu’on m’a dit.

Rain Man est un film réalisé par Barry Levinson et sorti en 1988 aux USA. Il reçut 4 Oscars : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original et meilleur acteur, pour Dustin Hoffman. Le film nous raconte l’histoire de Charlie, un homme égoïste et profiteur qui ne pense qu’à l’argent.

Disney nous propose en général des scénarios assez simplistes avec des gentils très gentils et des méchants très méchants. Don Bluth (ancien animateur de Disney) est plus subtil : le "héros" n’est pas un ange, et ce dessin animé traite de thèmes tels que l’amitié, la morale, la mauvaise conscience, et bien d’autres choses, rien que ça !

Top Gun est une histoire de pilote de combat. Réaliser par Tony Scott avec un budget de 15 millions de dollars. En interprétant le principal protagoniste de l’histoire, Tom Cruise, alors seulement âgé de 23 ans, devient une star internationale.

Si vous voulez voir des robots se taper dessus avec une musique rock provenant des années 80 pendant 1H20, alors ce film est pour vous.

On peut éprouver un certain plaisir au début de "Génération perdue" tant Joël Schumacher semble étonnamment décidé à bien faire. Ce dernier décrit de manière plutôt convaincante une ville assez moderne où les vampires font la loi.

L’Excellente Aventure de Bill & Ted c’est un peu de retour vers le futur et pas mal de Wayne’s World (dans l’esprit, puisque le film est sorti avant Wayne’s World qu’il va clairement inspirer).

Retour vers le futur, c’est l’émerveillement de l’aventure. Une trilogie mythique où le spectateur embarque dans de folles expéditions à bord d’une DeLorean customisé en machine à remonter le temps, menées par un duo aussi improbable qu’attendrissant. Il s’agit bien entendu de Martin McFly, alias Marty, et du docteur Emmett Brown, alias Doc.

"Potins de femmes" (Steel Magnolias) est une comédie dramatique américaine réalisée par Herbert Ross, sortie en 1989. Il s’agit de l’adaptation de la pièce de théâtre Steel Magnolias de Robert Harling (1987).

Souvent, on nous présente "The breakfast club" comme un film d’ados de qualité supérieure. C’est normal, il est l’un des premiers films du genre, bien antérieur aux American Pie et autres Projet X. Au-delà des enfantillages et accès d’hormones, il s’agirait d’un film mieux dialogué, plus complexe que ses suiveurs.

John Hugues poursuit son exploration de l’adolescence 80s avec une constance qui laisse pantois. Ici, la journée buissonnière de Ferris Bueller, le type le plus cool du lycée qui veut s’offrir une dernière bringue d’enfer avec son meilleur ami et sa petite copine avant que les aléas de la vie ne les séparent.

Sam vient d’avoir seize ans, mais ses parents ont oublié de lui souhaiter son anniversaire, débordés qu’ils sont par l’organisation du mariage de sa sœur qui aura lieu le lendemain.

Il y a 30 ans, Joe Dante dévoilait son Gremlins, avec Zach Galligan et Phoebe Cates comme interprètes principales. Produit par Spielberg, ce film marque un tournant dans l’histoire du cinéma, grâce à sa technique déjà très avancée de stop-motion.

Premier point, Les Goonies c’est 100 fois mieux en version française. Les Goonies a été réalisé par Richard Donner qui, à l’époque, était surtout connu pour avoir réalisé The Omen et le premier Superman. Il se fera virer peu avant la fin du tournage du deuxième épisode ("Ladyhawke" (avec Michelle Pfeiffer) a, semble-t-il, assez bien fonctionné outre-Atlantique. Néanmoins, le moins que l’on peut dire, c’est qu’ici il n’a pas laissé de souvenir impérissable).

Morgan Freeman et Beverly Todd se retrouveront 19 ans plus tard dans le film "Sans plus attendre", réalisé par Rob Reiner.

Mais alors qu’est-ce donc que ce film ? Il s’agit tout simplement de la bataille de Musclor contre Skeletor. Dolph Lundgren, c’est un début de carrière difficile.

Bienvenue en Californie, où les garçons sont défoncés et les filles sont faciles. Adapté d’un livre du même nom publié un an plus tôt, "Ça chauffe au lycée Ridgemont" se veut une exploration de l’intérieur des mœurs de lycéens californiens.

Film éminemment tendance et qui peut paraître terriblement superficiel, "Recherche Susan désespérément" est néanmoins un immense plaisir grâce à l’énergie déployée, du scénario déjanté aux acteurs.

Karaté Kid est un film américain de John G. Avildsen sorti en 1984 au cinéma. Il s’agit du premier opus de la saga "Karaté Kid", tout simplement. Film devenu culte pour toute la génération des années 80, un film qui a donc marqué les esprits de beaucoup de mondes.

Bien que son scénario soit bête et surtout niais, Dirty Dancing est un film qui a connu un succès phénoménal et est devenu soudain une référence planétaire de films de danse.

Flashdance est un bon film. Un drame musical qui bénéficie aujourd’hui du statut mérité de film culte. Sur un fond classique de comédie musicale hollywoodienne, version disco, ce film met en scène le rêve américain d’une jeune danseuse timide. Elle arrive au sommet à la seule force de son talent et de sa volonté, tout cela sous fond de crise industrielle.

Grease, Dirty Dancing, Cry Baby, et même Retour vers le futur et Carrie, le ciné US des années 80 semble graviter autour de la danse ou du fameux "bal de promo" des terminales. Autant dire que Footloose arrive plutôt bien entouré et... bien armé !

"Ghostbusters" a été imaginé avant sa mort par le célèbre Dan Aykroyd, pour son pote John Belushi. Il aura mijoté dans son coin quelque temps avant qu’Ivan Reitman et Harold Ramis ne viennent s’intégrer au projet. Le premier, intègre le projet en tant que metteur en scène, et le second en tant que comédien-scénariste. Ils apportent un véritable ton à un projet encore confus.

Beetlejuice. Tim Burton n’a jamais eu l’occasion d’exposer davantage sa fulgurance et son style unique qu’en composant avec le système D. Beetlejuice. Comédie débridée avec des revenants dedans pour son deuxième film.

Scénariste et producteur de Poltergeist, Spielberg confie la réalisation à Tobe Hooper. Il joue un peu le prête-nom sur ce projet . En effet, ce film peut être considéré comme une réalisation estampillée Spielberg. Il est à l’origine de l’intrigue et il était très présent sur le plateau, au point d’avoir peut-être même dirigé quelques scènes.

Gotham City : la violence gronde, les fonctionnaires sont corrompus et les citoyens ont peur. Peu de solutions s’offrent à eux, un nouveau procureur Harvey Dent semble vouloir s’attaquer au puissant de manière légale.

Ce second volet est de tout aussi bonne facture que le Superman de Richard Donner. Toutefois, il reste bien moins épique et émouvant que ce dernier qui était plus riche en émotions, grâce notamment au récit touchant des origines du héros.

Le succès d’Halloween appelait nécessairement une suite. En 1981, les droits d’exploitation du film sont acquis par Dino de Laurentiis qui compte bien en tirer une franchise et demande très vite à Irwin Yablans et Mustapha Akkad de mettre sur les rails une séquelle.

Les années 80 sont les années du Slasher. En 1978 John Carpenter reprend la formule de "Black Christmas", l’enrichie de son immense talent et la fait exploser à la face du monde. Le mutique et colossal Michael Myers devient l’archetype du Boogey Man et "Halloween" plante durablement les codes du genre dans l’inconscient collectif. De son côté Wes Craven s’est fait une petite réputation auprès des amateurs de films undergrounds avec "La colline à des yeux", mais peine encore à trouver le grand public.

"Jeu d’enfant" adopte la structure du jeu et se focalise sur la naïveté enfantine, faisant de chaque protagoniste un enfant en puissance brutalement plongé dans l’horreur adulte ; la poupée maléfique se mue en contre-symbole, opère une désacralisation du temps et de l’espace de l’enfance où cette dernière se meurt à grands coups de couteau et de vulgarités.

Vendredi 13 est un film culte. Il paraît. Il aurait rapporté un fric immense et est une des franchises les plus longues dans le monde des films d’horreur.

Avec "Rencontres du troisième type" et "Les aventuriers de l’arche perdue", "E.T. l’extra-terrestre" pourrait faire partie d’une époque bénie du cinéma de Spileberg, sorte de quintessence d’un cinéma grand public capable d’offrir au spectateur son lot d’émerveillement sans jamais le prendre pour un imbécile.

Un effroyable squelette de métal émergeant d’un brasier... C’est de cette vision que naquit le script de Terminator. Alité avec une forte fièvre dans une chambre d’hôtel en Italie en 1981 (durant le tournage de Piranhas 2), le jeune James Cameron fit alors un cauchemar duquel il retint cette image obsédante et dont il s’empressa d’en tirer un film.

"Tendres passions" constitue un chaînon manquant dans l’histoire de la comédie américaine. Joie de voir ressusciter ce film mal et peu vu, entre classicisme serein et mélodrame tragi-comique. Près de 30 ans avant le film "Comment savoir", James L. Brooks donne un visage à une Amérique rarement filmée, en narrant la relation complexe entre une mère et sa fille. Quelque chose d’harmonieux et de furieux, à la fois, se dessine de la fresque intimiste.

Célèbre comédie dramatique ayant reçu des honneurs à l’époque de sa sortie et qui se laissent redécouvrir avec bonheur. Le pitch est basique et typique des années 80 à Hollywood avec cette histoire d’une vieille dame acariâtre obligée par son fils de cohabiter avec un chauffeur qui est la crème des hommes. Pour pimenter l’ensemble, Miss Daisy est avare et un tantinet raciste.

Dans la lignée de ses films sur l’angoisse technologique, John Badham change de ton après Wargames, en proposant une comédie familiale sortie tout droit de quand t’étais super gosse, et remplissant toutes les cases du cahier des charges de ce type de narration. Les tribulations de numéro 5, robot frappé par la foudre et qui, par là même, acquiert la conscience. Un bon vieux film des années 80.

Avant d’être une série télévisée relativement populaire dans les années 80, Harry & The Hendersons est avant tout une comédie produite par la société Amblin en 1987, tentant de reproduire sans trop se fouler la recette gagnante de E.T.

Trois hommes et un bébé est un film américain réalisé par Leonard Nimoy, sorti en 1987. Ce film est un remake du film français Trois hommes et un couffin. Il fit l’objet d’une suite sous le titre Tels pères, telle fille (1990).

About HowStuffWorks Play

How much do you know about dinosaurs? What is an octane rating? And how do you use a proper noun? Lucky for you, HowStuffWorks Play is here to help. Our award-winning website offers reliable, easy-to-understand explanations about how the world works. From fun quizzes that bring joy to your day, to compelling photography and fascinating lists, HowStuffWorks Play offers something for everyone. Sometimes we explain how stuff works, other times, we ask you, but we’re always exploring in the name of fun! Because learning is fun, so stick with us!

Découvrir plus de quiz